Si vous êtes amené à écrire régulièrement des newsletters, il est toujours bon d’avoir quelques conseils pour être toujours plus percutant. Des mails, on en reçoit des dizaines par jour, il faut alors savoir se distinguer de la masse. Qu’est-ce-qu’un e-mailing efficace ? Quelles sont les astuces à mettre en place pour avoir un taux d’ouverture plus élevé ?

N°1 : Un objet de mail accrocheur

L’objet a toute son importance ! Vous vous imaginez bien qu’un titre tel que “Newsletter n°64” ne va pas susciter un taux d’ouverture élevé. Comment bien soigner son titre ?

  • Un titre court : en effet, si vous écrivez un titre trop long, celui-ci n’apparaîtra pas en entier. Je vous conseille de ne pas dépasser 65 caractères.
  • Gare aux majuscules : VOUS AVEZ DÉJÀ DÛ REMARQUER DES OBJETS DE MAILS ÉCRITS EN LETTRES CAPITALES. Ce n’est pas très agréable à lire, n’est-ce-pas ? 
  • Évitez certains termes : il est possible de tomber facilement dans les spams si vous abusez des termes comme “gratuit”, “gagnez”, “cadeau”. Essayez d’utiliser ces mots à moindre mesure. 
  • Mystère ou clarté : il y a plusieurs stratégies possibles. Vous pouvez choisir d’aller droit au but en optant pour un titre très clair (exemple : “10 astuces anti-stress”), au contraire, vous pouvez être audacieux en essayant d’attirer l’attention avec un titre mystérieux (exemple : “Cette astuce a changé ma vie”). Gardez bien à l’esprit qu’il faut constamment tester pour voir ce qui peut fonctionner. Essayez des titres avec des tournures différentes et analysez ensuite ce qui a suscité le taux d’ouverture le plus élevé. 
  • L’utilisation des chiffres : “10 remèdes contre le rhume”, “7 idées de cadeaux pour la fête des mères”, (…). En utilisant des chiffres, vous permettez à votre cible de comprendre en quelques secondes ce que vous allez lui apporter.
  • Le sentiment d’urgence : donnez une deadline à votre cible, c’est ce qui peut potentiellement permettre d’aboutir à une vente. La cible se dit alors qu’elle n’a plus de temps à perdre (exemple : “Dernier jour pour profiter d’une remise de 50%”). Toutefois, n’abusez pas de cette méthode pour ne pas être trop envahissant. C’est-à-dire, n’envoyez pas plusieurs mails dans la journée du type “Plus que 6h pour profiter de l’offre”, “Plus qu’une heure (…)”, etc. 

N°2 : Ne négligez pas le preheader

Le preheader, c’est la ligne qui s’affiche à côté de l’objet de mail. Il peut facilement passer à la trappe et pourtant c’est la seconde chose que votre cible va apercevoir. Il s’agit de donner une brève information en complément de l’objet de mail. Soyez concis. 

N°3 : Personnalisez l’email

Vous avez peut-être déjà remarqué que certaines entreprises qui vous envoient des mails utilisent votre prénom (exemple : “Bonjour Laura !”). Il s’agit d’instaurer un sentiment de proximité. Si vous ne savez pas comment mettre cela en place, écrivez-moi en commentaire et je vous répondrai.

N°4 : Mettez-vous à la place de votre cible

Si vous faites un mailing pour vendre un produit, plutôt que de dire “Promotion de 50%, achetez le produit (…)”, mettez-vous à la place du lecteur. Montrez ce que la personne va pouvoir obtenir comme bénéfice avec votre produit. Si, par exemple, vous vendez des huiles essentielles, vous pouvez dire “Vous voulez prendre soin de vous ? Vous voulez réduire votre stress et être plus serein (…)”. Toujours dans le cas d’un mail de vente, vous pouvez y ajouter des témoignages pour rassurer votre cible. 

N°5 : Faites un mail aéré et structuré

Un mail aéré, c’est un mail qui contient des phrases et des paragraphes courts et peu condensés. La newsletter doit être agréable et facile à lire. D’ailleurs, n’hésitez pas à mettre les mots importants en gras et à user des listes à puces. Au-delà de ça, vous pouvez structurer votre mail en écrivant des sous-titres. Exemple d’un mail :

N°6 : N’oubliez pas le call-to-action

Littéralement, il s’agit d’un bouton d’appel à l’action. Tout dépend du sujet de votre e-mailing, mais vous pouvez intégrer un bouton dans celui-ci pour inciter la personne à effectuer une action : lire un article, acheter, répondre à un sondage, se rendre sur une page de vente, etc. Faites du A/B Testing, c’est-à-dire une comparaison pour voir ce qui fonctionne le mieux. Sur l’un de vos e-mails, faites un bouton d’appel à l’action rouge, puis essayez un jaune, mine de rien, la couleur peut jouer sur le taux de clic. 

N°7 : Une signature personnelle

La signature a elle aussi toute son importance. Vous pouvez facilement installer un sentiment de proximité avec votre cible en signant votre newsletter par “Laura de l’équipe (…)”, plutôt que “L’équipe (…) ». Grâce à cela, le lecteur a le sentiment de parler à une personne en particulier. 


PS : N’oubliez pas le lien de désabonnement


N’oubliez pas d’inclure le lien de désabonnement en fin de mail. Si une personne souhaite se désinscrire de votre mailing list, il est très désagréable de ne pas trouver le bouton “se désinscrire”. Il ne faut pas forcer quelqu’un à rester alors qu’il n’en a pas envie. Si vous voulez connaître la raison de cette désinscription, n’hésitez pas à mettre en place un sondage très rapide du type : “Pouvez-vous nous communiquer l’objet de votre désabonnement ? Je recevais trop d’e-mails / Le contenu ne m’intéressait pas / Autre”. Cela vous permettra de vous améliorer. 

Vous voulez un exemple d’e-mailings réussis, vous pouvez par exemple vous inscrire à la newsletter de la marque “Le slip français”. Le ton utilisé et l’approche sont très inspirants.


Vous êtes en panne d’inspiration de sujets, vous n’avez pas le temps d’écrire vos e-mailings, vous n’avez pas un rythme régulier et cela vous frustre ? Si on en parlait ? En tant que rédactrice freelance, mon rôle est de vous faire gagner du temps et de trouver les idées pour vous. Ecrivez-moi à l’adresse contact@laurademmerle.fr afin qu’on discute de vos besoins 🙂