Nous vivons une situation inédite en raison de la pandémie de coronavirus. Ces événements ont conduit une partie de la population mondiale au confinement. Les réseaux sociaux se révèlent alors comme une échappatoire, un passe-temps, un moyen de garder un contact plus constant avec les proches. Ainsi, la hausse de fréquentation se ressent sur différentes plateformes. Mark Zuckerberg, le cofondateur du réseau social Facebook témoigne : « Le niveau d’appels passés via WhatsApp et Messenger a doublé par rapport à d’habitude ». Comment Facebook s’organise face à ce boom de fréquentation ?


Lutter contre la désinformation


Qui dit plus de présence sur les réseaux sociaux, dit aussi plus de contenu. Les modérateurs de Facebook sont à pied d’oeuvre pour lutter contre les fakes news et les publications sensibles (pédophilie, suicide, etc.). L’utilisation massive a conduit à une hausse de travail pour les modérateurs. Ces derniers, qui sont environ 4 500 dans le monde, sont alors aidés par un système d’intelligence artificielle. Mark Zuckerberg est confiant face à l’utilisation de ces outils. Il avait anticipé d’éventuelles situations de crises : “Nos investissements de ces trois dernières années sur ces technologies nous ont préparés à cette situation”. Toutefois, il ne s’en cache pas, le risque d’erreur peut augmenter (du contenu qui ne devrait pas être supprimé et inversement).

What’s app, cette application qui appartient à Facebook, se voit aussi prise d’assaut. Son utilisation est comparable à celle d’un nouvel an. C’est une situation exceptionnelle. La lutte contre la désinformation y est plus difficile en raison du cryptage des messages, mais Mark Zuckerberg se révèle optimiste et songe à des moyens efficaces. 


Facebook a doublé la capacité de ses serveurs


Les serveurs sont proches de la saturation. C’est pourquoi Mark Zuckerberg a jugé nécessaire d’intervenir en amont pour que les deux milliards d’utilisateurs de Facebook puissent  surfer sur le réseau comme à leur habitude. Il affirme que Facebook a un rôle à jouer pour soulager la solitude. Certaines personnes sont confinées seules et il faut leur laisser le moyen d’interagir avec leurs proches. De ce fait, la capacité des serveurs a été renforcée. 


Facebook montre ainsi qu’il est possible de s’adapter à la situation de crise du coronavirus en anticipant et en cherchant des solutions efficaces. Mark Zuckerberg se tient prêt pour assurer la continuité du service. Les autres géants du web comme Google ou Twitter s’organisent eux aussi pour assurer une utilisation optimale de leurs services.